Le mouvement des mini-maisons a pris de l’ampleur mondialement suite à la crise financière de 2008-2009 où la valeur des marchés financiers a diminué de 50% à cause des institutions financières. Du crédit était accordé facilement à ceux qui n’avaient pas les moyens et comme les valeurs des maisons ont diminué et que la vente de la maison ne suffisait plus à rembourser le crédit, tout s’est effondré. 1

 

Le phénomène de surendettement n’est pas nouveau; en 1980, le ratio de dette des ménages était de 66%, tandis qu’en 2016 il est maintenant de 165%. 2 Cela veut dire que pour chaque dollar de revenu gagné, les ménages doivent plus de 1.65$ aux agences de crédit et institutions financières. Le fait que vous soyez en train de lire cet article prouve que vous comprenez la problématique qu’amène cet endettement et que vous souhaitez agir pour vivre plus simplement avec moins de poids financier sur vos épaules! Quoi de mieux que de posséder votre propre mini-maison?

 

 

Comment financer l’achat d’une mini-maison?

 

En considérant que le prix de vente moyen d’une maison en 2015 était de 341 091 $ et de 269 686 $ respectivement dans les régions de Montréal et Québec (hausse de 1,5 % à prévoir pour 2016) 3 , la mini-maison fait tout son sens! Effectivement, il est possible de construire une mini-maison en auto-construction pour aussi peu que 20 000 $; 40 000 $ pour une mini maison clé en main. Toute bonne chose a un coût certainement et une mini-maison ne se construit pas gratuitement, surtout pas dans notre modèle économique actuel malheureusement. Donc la grande question vient par la suite : Comment financer l’achat d’une mini-maison sur roues? Le meilleur conseil que je puisse vous donner, c’est qu’un achat se prévoit et s’organise à l’avance.

 

En premier lieu, quand vient l’idée de construire ou d’acheter, l’idéal est d’accumuler le plus possible dans un CELI, on veut un placement libre d’échéance et libre d’impôt. Avec des prélèvements automatiques directement de la paie, c’est de l’argent qui s’accumule à l’abri de l’impôt et qui est déposé sans qu’on s’en rende compte réellement. « On se paie soi-même en premier » est une de mes expressions préférées. Évidemment, on veut accumuler le plus d’argent possible pour payer sa maison comptant et avoir le moins de prêt possible. Oui, c’est un coup à donner, on travaille fort, on limite les dépenses excessives à court terme (exemple: préparer le café à la maison au lieu de l’acheter au café du coin), mais ça en vaut la peine au bout du compte.

 

Prix de vente
Le prix de vente moyen d'une maison en 2015 était de 341 091 $ et de 269 686 $ respectivement dans les régions de Montréal et Québec

Les options pour un prêt

 

Comme ce n’est pas tout le monde qui peut se permettre de payer comptant au complet la maison, on peut aller chercher un prêt. Malheureusement, actuellement, les institutions financières ne permettent pas les hypothèques sur les mini-maisons sur roues, car c’est difficile pour eux d’établir la garantie du prêt puisqu’elles rentrent dans la catégorie véhicule récréatif. L’idée d’aller chercher une hypothèque est bien sûr d’aller chercher un taux d’intérêt le plus faible possible, par exemple du 2 – 3%. L’option logique qui vient par la suite est la marge de crédit. Le moment idéal de se négocier sa marge pour avoir un plus grand crédit et un plus faible taux est quand on se situe dans une belle stabilité financière et que les banques nous aiment bien. La marge va permettre plus de flexibilité au niveau du remboursement de notre prêt et bien sûr un taux d’intérêt plus faible. Au niveau des taux, le tout dépend de chaque situation et du dossier de crédit, mais on peut aller chercher du 3 à 6 % d’intérêt. Si la marge n’est pas envisageable pour vous, exemple arrêt de travail, retour aux études (bref, faibles revenus), alors il est possible d’aller chercher un prêt personnel. Le prêt devient plus accessible, car il n’est pas basé sur vos revenus, mais évidemment le taux sera un peu plus élevé: environ 7 – 12 %. Autre point faible, c’est que les remboursements peuvent être moins flexibles que la marge.

 

Bref, ma recommandation demeure la même, vaut mieux planifier d’avance et accumuler le plus possible pour limiter la dette et vivre avec moins de poids sur les épaules. Je ne peux prévenir l’avenir, mais il est évident que les institutions financières vont devoir s’adapter pour faciliter le financement de ce type de maison. À quand un financement équitable pour une mini-maison sur roues? La balle est dans le camp des institutions financières…

 

Références:

1. http://www.economie.gouv.fr/facileco/comment-crise-a-t-elle-commence?language=fr

2. http://www.statcan.gc.ca/pub/75-001-x/2012002/article/11636-fra.htm

3. http://www.journaldemontreal.com/2015/12/10/le-prix-des-maisons-devrait-augmenter-de-15–en-2016-a-montreal-et-quebec

 

Judith Sanche
Cet article a été écrit par Judith Sanche, conseillère en placement et en sécurité financière, représentante autonome. Pour planifier l’achat de votre future maison, ou des conseils sur vos finances personnelles, vous pouvez communiquer avec elle au 450-967-9400 ou par courriel à [email protected]

 

Vous pouvez également suivre sa page facebook ou son profil linkedin via :
https://www.facebook.com/judith.sanche.services.financiers/
https://ca.linkedin.com/in/judith-sanche-0509b563

 

« Votre tiny house : de la planification à la construction »

– Venez chercher tous les outils pour réussir votre petite maison de rêve! –

Venez apprendre comment planifier et construire votre micromaison de rêve en compagnie du fondateur d’Habitations MicroÉvolution! Vous passerez la journée avec celui-ci et 5 autres personnes avec des intérêts communs (ce sont des petits groupes, cela permet des échanges plus conviviaux). Un diner végétarien vous sera servi et vous avez accès à toutes les présentations Powerpoint dès votre réservation.

Cliquez ici ou sur l’image à droite pour tous les détails!

Powerpoint tiny house

 

Gabriel Parent-Leblanc

Gabriel Parent-Leblanc est biologiste et détenteur d’une maîtrise en gestion de l’environnement où il s’est spécialisé en construction écologique grâce à l’écriture de son mémoire. Il décide en 2014 de fonder la toute première entreprise québécoise à se spécialiser dans la construction de micromaisons sur roues (tiny houses). Depuis, il a construit sa propre micromaison et a assisté de nombreuses personnes dans leur auto-construction.